Un soir, à Tunica : une soirée type d'une équipe de compteurs
 
Dans les casinos et les cercles fermés du Blackjack, tous connaissent notre équipe de joueurs, celle-ci est depuis longtemps légendaire. Nous sommes l’équipe du M.I.T. ou plutôt une génération nouvelle de celle qui est présentée en version romancée dans le tout récent film mettant en vedette Kevin Spacey et Kate Bosworth « 21 ».
 
Nous sommes le 8 juin 2002. Cette fois-ci, ce ne sera pas à nos habituels casinos de Las Vegas auquel nous allons nous attaquer ; il faut certes leur laisser un peu de répit mais la vraie raison qui nous amène en cet autre terrain, c’est que pour les 24 prochaines heures, il n’y aura pas de plus belle opportunité pour notre groupe que celle qui nous sera offerte dans l’ombre du combat « Tyson-Lewis » à la Pyramide de Memphis ce soir. On nomme ces soirées : « Fight Night » et elles valent leurs pesant d’or.
 
La petite ville de Tunica au Mississippi qui abrite neuf casinos se situe le long du fleuve Mississippi à quarante-cinq minutes de route au sud de Memphis,Tennesse et au beau milieu des champs de coton. Notre cible : Grand Casino
Nous avons dépêché six joueurs pour ce week-end de boxe. Quatre agiront à titre de « contrôleurs » et deux autres seront GBP ou plus précisément Gorilla Big Player. Le rôle d’un contrôleur est de compter les cartes sur une table de Blackjack et de signaler au GBP les situations avantageuses de mises. De plus, par des signaux visuels transmis du contrôleur au GBP, ce dernier reçoit le signal des sommes à miser suivi du signal lui indiquant les actions à prendre pour jouer ses mains. En deux mots, le GBP devient le pantin du contrôleur.
 
Nous sommes arrivés hier, histoire de s’établir. Un de nos GBP (J.J.) avait une suite ici pour la fin de semaine, gracieuseté d’un « casino host » de Las Vegas. Notre second GBP (C.C.) a tout de suite attiré les bonnes grâces du Grand Casino quand ils ont remarqué ses premières mises de $2000. Il faut bien se loger, se nourrir et nous détestons dépenser pour ses choses. À notre départ, J.J. et C.C. auront aussi leurs billets d’avion en première classe remboursés en plus des suites gratuites et de tous les services s’y rattachant.
 
Lorsque l’on s’établit, on teste la tolérance du personnel du casino à notre niveau de mise et à leur réaction aux mouvements de nos GBP. Pour cette première soirée du vendredi, nous y sommes allés en deux vagues. Chacun des GBP étant jumelé à deux contrôleurs pour une période n’excédant pas 1h30. Les deux sessions se sont très bien déroulées et nous avons eu le sentiment que nos deux joueurs étaient les très bien venus au Mississippi. Leur action (montant misé aux tables) est suffisante pour plusieurs invitations à la fête privée et au visionnement en circuit fermé du combat de demain. Nous y serons tous se mêlant à la foule invitée et délaissant le champagne pour un jus quelconque puisqu’il est strictement défendu de consommer de l’alcool avant que toutes les sessions de jeu ne soient terminées !
 
« Fight Night »
 
L’hôtel du Grand Casino est bondée à pleine capacité. Nous occupons deux suites et s’il fallait s’alimenter de cette façon régulièrement, notre équipe ferait belle figure à « Qui perd gagne ». Nous ne pouvons soustraire aux yeux du casino que nos joueurs sont les plus gros flambeurs en ville. Ceci étant dit, nous aimons la compagnie d’autres joueurs dont les mises sont respectables ($300-$700 ou d’avantage) afin d’attirer un peu moins l’attention qui autrement serait 100% sur nous. Comme aucun de ces joueurs n’est présent dans la plage horaire qui s’étend jusqu’à 16h00, nous attendons patiemment tout en essayant de compter un paquet entier en moins de quinze secondes, notre standard. Nous ferons deux courtes sessions entre 18h00 et 21h00 après quoi nos joueurs iront voir le combat.
 
Dans un duel que l’on peut qualifier d’échevelé, Tyson s’effondre les yeux livides au milieu de la 8 ième reprise et Lewis conserve son titre. Il ne faudra que quelques minutes à la foule pour envahir le plancher du casino et dans un peu moins d’une heure, les premiers spectateurs arrivant de Memphis envahiront eu aussi les casinos de la région. Une fois les acteurs en place, le jeu commence.
 
Les contrôleurs prennent position à quatre différentes tables sur le plancher du casino. Nous y resteront jusqu’au milieu de la nuit signalant les situations avantageuses à nos GBP. La soirée se déroule dans un tumulte constant au travers de la musique et des rires toujours plus éclatants après chaque verre d’alcool que les clients consomment. Au milieu de cette foire, il faut tenir le compte, appeler les GBP, signaler les mises à effectuer, indiquer à ces derniers comment jouer leurs mains, se remémorant des dizaines d’indices de variations de jeu et comme si ce n’était pas assez, il faut avoir l’air de s’amuser. Ah, j’oubliais, ne pas commettre d’erreur !
 
Vers les 3h00 du matin, je signale à C.C. que la situation à ma table est favorable. Le compte est de +10 et il reste trois paquets à être distribués pour un « vrai compte » de +3. C.C tente de se frayer un chemin jusqu’à ma table en gardant un air des plus naturel possible. Il tarde quelque peu dans l’achalandage de ce long samedi soir et comme je ne veux rien manquer de ce sabot, je laisse tomber un jeton par terre. Le temps de me pencher, le jeu sera ainsi suffisamment ralenti pour que C.C. arrive à la table où il place deux mises de $2000 sous le regard souriant de la croupière. Les cartes tombent, j’ai « onze » et le croupier montre un « sept », il me faut doubler mais ma main à mise minimum de $25 . Ce que personne ne remarque c’est le petit geste anodin que je fais, à peine quelques secondes après avoir reçu ma dernière carte qui indique à C.C. qu’il lui faut dévier de la stratégie de base et partager sa paire de « neuf » sur sa première main. Un « dix » pour « dix-neuf » sur celle-ci et sur la seconde la croupière délivre un « deux » pour un total de « onze ». Ici, C.C. n’a pas besoin de signal et il sait d’emblée qu’il doit doubler sa mise qui totalisera « quinze ». Passant à sa deuxième main, C.C. partage immédiatement une paire de « huit ». Au premier s’ajoute un « trois » pour un total de « onze » et une autre mise qui doit être doublée pour « dix-sept ». Sur le second « huit », un autre « huit » forçant ainsi un second partage… Sur chacun des deux derniers « huit », C.C. recevra des figures. Au total, les deux mains initiales totalisant $4000 ont évolué en une situation avantageuse où nous avons placé $14 000 en jeu sur cinq mains ! Le dernier joueur à la table signifie à la croupière qu’il est très bien avec son « dix-neuf » et qu’elle peut procéder. Elle tourne sa carte cachée, un « cinq » pour un total partiel de « douze ». La prochaine carte sera-t-elle un « neuf » ?
Maintenant, vous le savez, nous le savons tous, les pros du Blackjack ne font pas de sentiment sur les événements liés à un gain ou une perte de $14 000. Après tout, gagner ou perdre ne fera qu’une différence de $28 000 dans notre banque de jeu…
 
Faux ! Montrant un détachement total en prenant une gorgée de café alors même que la croupière retourne sa dernière carte, je sens mon coeur qui bat dans ma poitrine comme s’il allait sortir. Seules les frappes de C.C. sur le tapis vert, ses cris « bust, bust » et le son de la musique couvrent les battements de mon coeur. Je n’aurai pour seuls mots que « good for you » au moment où la dame de pique se montre dans sa sauvage beauté, arrachant à C.C. un « Yeah baby » ! Un gain de quatorze jetons jaunes.
 
Quand de tels moments se produisent, vous avez l’impression qu’il n’existe rien de mieux au monde que de jouer au Blackjack. N’allez cependant pas croire qu’il en est toujours ainsi. Nous avons, à plusieurs reprises, connu des week-ends d’enfer ou perdre main après main devenait la norme. Cependant, quand un groupe est bien préparé, précis et bien financé, tous les espoirs lui sont permis. Comme 1+1=2 , le temps donne toujours raison aux mathématiques !
Le soleil brillait en ce dimanche de juin et notre équipe avait écorché le « Grand » pour plus de $72 000.
 

 

Présentation de Monsieur G
 

Bonjour,
 
Je suis un joueur de Blackjack de niveau professionnel résidant au Canada. J'ai joué avec le groupe du M.I.T en 2001-2002 dans ce qu'il serait convenu d'appeler une deuxième génération de l'équipe telle que montrée (et fortement romancée) dans le film Hollywoodien « 21 ». Lors des années qui ont suivi, j'ai aussi fait partie d'une autre équipe de premier plan dont je voudrais taire le nom puisque celle-ci ne fut jamais identifiée par les casinos. Mes expériences de jeu dans plus de 185 casinos du monde, m'ont permis de développer et de mettre en pratique des méthodes de jeu efficaces et diverses. Je possède donc une  connaissance très étendue du Blackjack et des toutes les formes d'avantages qu'il peut procurer.
 
Je fais partie d'un très petit groupe de gens que les casinos nomment « Advantage Players ». Ce terme désigne la minorité de professionnels étant capable de retourner l'avantage du casino en leur faveur. Ce dont il est question ici, c'est de l'utilisation d'une méthode de comptage des cartes servant à identifier les situations de mise favorables au joueur pour le jeu de Blackjack, connu aussi sous le nom de « 21 ». Cette méthode tout à fait légale fonctionne irréfutablement. La preuve, les casinos dépensent des millions de dollars chaque année pour identifier ce type de joueur et leur restreindre l'accès aux tables de jeu.
 
Avec l’aide de l’architecte de ce site et mon principal collaborateur, Pierrot, nous espérons faire de cet espace le point de rencontre de tous les joueurs francophones de Blackjack. Un vrai « Square » du Blackjack! Pierrot est un homme intègre et doté d’un très grand professionnalisme, vous le remarquerez dans sa présentation.
 
Pour ceux qui aimeraient me connaître un peu mieux, je vous invite aussi à écouter une entrevue radiophonique que j'ai accordée à un journaliste de Montréal lors de la sortie du film « 21 » disponible sur Blackjack-Square.

(La Blackjackothèque - Rubrique radio - Interview de Monsieur G sur une radio Canadienne)

 
 
Cordialement.
 

 

Le site francophone de BLACKJACK
 
 
Au menu : les règles, la stratégie de base, le comptage de cartes, les livres incontournables...Sans oublier les CHRONIQUES DE MONSIEUR G, joueur expert ayant fait partie de l'équipe du MIT dont le film LAS VEGAS 21 s'est inspiré, et qui sera votre principale source de réponse aux questions que vous vous poserez...ou que vous vous posez déjà.
 
Toutes les armes pour battre le croupier au jeu du "valet noir". Toutes, sauf la patience, la persévérance, et le fameux capital de départ sans lesquels vous n'aurez aucune chance.
 
Entrez dans le square, le "carré" des joueurs de Blackjack francophones !
 
 
 
 
Pierrot
Administrateur
 
Monsieur G
Ex-membre de l'équipe du MIT

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

   
   

LogIn  

   

Qui est en ligne  

Nous avons 100 invités et aucun membre en ligne

   
© Blackjack-Square / administration@blackjack-square.com