Suivez Monsieur G sur Twitter

Expert du Blackjack opérant le site Blackjack-Square.com dédié au jeu de niveau professionnel. Monsieur G est un ancien membre de l'équipe MIT.

   

Chronique "Le champion des Pit Boss"

Note utilisateur:  / 6
MauvaisTrès bien 
Details

Le Champion « Pit Boss »

Cette chronique s’inspire d’un article paru il y a quelques années et écrit par l’expert Américain Arnold Snyder. Bien que le contexte soit différent, l’idée de base reste la même.

Vous êtes croupier dans un important casino Américain depuis quelques années déjà et vos connaissances pointues des différents jeux de tables de même que votre professionnalisme vous ont amené à une promotion. Vous avez été nommé Chef ou « Pit Boss » comme disent les Américains et vous supervisez maintenant les différents jeux de tables.

De temps à autre, vous aimez observer une ou deux mains de Blackjack afin de vous assurer que tout se déroule comme prévu et vous êtes toujours étonné de voir la façon lamentable avec laquelle les joueurs rivalisent d’imagination pour jouer aussi mal un jeu dont la stratégie de base est publié à plusieurs endroits, même vendu en format poche dans la boutique souvenir de votre casino.

Un exemple pitoyable est cette ronde que vous observez et à laquelle quatre joueurs prennent part et qui se déroule environ à mi-sabot.

Le croupier distribue les cartes et retourne sa carte ouverte, un 6.

Le joueur au premier siège s’empresse d’ajouter $25 à sa mise et de doubler sur son total de 10. Il reçoit un 8 pour un total de 18.

Le second joueur qui semble inspiré par le premier, ajoute aussi $500 à sa mise initiale et annonce qu’il double sa main composée de A-9. Il reçoit un 5 pour un total de 15.

Le troisième à s’exécuter agira timidement provoquant une désobligeante réflexion du premier joueur alors que celui-ci tire une carte sur son total de 12 et défonce avec 22 ! Encore $25 dans les coffres du casino.

À ce point vous êtes intérieurement réjouis de constater que votre emploie n’est assurément pas en jeu pour les vingt prochaines années avec des clients de la sorte, doublant sur 20 et tirant sur 12 vs 6, mais vous n’avez encore rien vu…

Le dernier joueur qui possède un total de 16 prend une décision pour la moins surprenante… il abandonne sa mise de $1000 en annonçant fièrement « Surrender » et ajoutant ; la dernière fois qu’il avait un 6, il m’a tué avec un 18. Pas cette fois-ci!

Le croupier retourne sa carte cachée, un 3 pour un total partiel de 9 et tire un autre 3 suivi d’un 9 pour un total de 21, ramassant les deux mises encore au tapis.

Vous ressentez presque une gêne à voir ces gens vider leurs poches sur vos tables de jeu. Dans un élan de compassion, vous offrez à boire à toute la table sur le compte de la maison bien entendu et vous informer par téléphone l’hôte du casino qu’il peut se pointer à votre table à tout moment, histoire de fidéliser quelques bons clients. Enfin, vous lui expliquez que le joueur en première base est probablement un joueur « basique » et qu’il faudra peut-être patienter avant de se faire une tête sur son potentiel de rentabilité, les autres étant des pigeons.

Et vous, en tant que lecteur, que pensez-vous de tout ceci?

Lequel ou lesquels de ces joueurs pourraient être des experts et pour qui il serait souhaitable de pousser la réflexion un peu plus loin avant d’inviter l’hôte du casino à fidéliser ces gens ?

Voici la triste réalité totalement intangible pour notre Champion Pit Boss….

Le premier joueur est correctement identifié comme étant un joueur basique et son jeu de base était en tout point correct, c’est-à-dire, doubler la main 10 vs 6.

Le second joueur, un compteur utilisant le Hi-Lo a tôt fait de doubler agressivement sa main A-9 vs 6 puisque sont TC indiquait +4 et que c’est l’indice correcte pour doubler cette main.

Le troisième joueur, un expert « tracker » sait pertinemment que cette ronde de même que les quelques suivantes se déroule dans une zone de « petites cartes » et donc, que le TC ponctuel dans cette zone est négatif d’environ -3, ce qui soutient parfaitement sa décision de tirer avec 12 vs 6, le TC Hi-Lo pour cette décision étant sous la barre de -1.

Enfin, le joueur en dernière base est un expert « Holecarder » et réussi à voir environ 60% des cartes cachées du croupier, ce dernier soulevant un peu trop le côté droit de la carte cachée lors de son positionnement sous le carte ouverte. Dans le cas présent, il a très bien vu le « 3 » et sait que le total partiel du croupier est de 9. Il agît donc de la meilleure manière qui soit en abandonnant sa main de 16 vs 9.

SURPRISE !

En fait, le seul joueur à qui il serait intéressant de présenter l’hôte du casino est sans aucun doute le joueur basique en première position, les trois autres étant des experts.

Il est intéressant de noter que dans cette situation, le joueur basique croit probablement sa stratégie supérieure à celles de ces voisins puisque son « niveau de conscience » se limite à la stratégie de base.

Dans l’ordre, le compteur possède un avantage certain sur le joueur basique. Le tracker possède un avantage sur le compteur et finalement, le holecarder fait passer les trois premiers joueurs au rang d’amateurs.

 

Au Blackjack, ce qui peut sembler être une évidence au premier coup d’œil est souvent bien loin de la réalité. Pour cette raison, il arrive fréquemment que les casinos utilisent des contre-mesures inefficaces face à certains joueurs et ces mesures peuvent augmenter l’avantage du joueur plutôt que de le réduire.

Dans notre exemple, un « Pit Boss » ayant conclu que le joueur 3 était un compteur en se disant  « seul un compteur peut tirer à 12 vs 6 en ayant sa mise minimale au tapis » et qui aurait tôt fait de couper le sabot de moitié aurait commis une grave erreur augmentant ici le nombre de battages et peut-être aussi le nombre d’opportunités de tracking pour notre joueur.

   
   

Le Blackjack est un jeu d'argent interdit aux mineurs. Le site ne pourra être tenu responsable d'incitation au jeu

© 2014 - Blackjack-Square / administration@blackjack-square.com